Et tu trouveras le trésor qui est en toi - Laurent Gounelle

Publié le par Kyarah

Ma note : 18/20

Bonjour, bonsoir, joyeuses fêtes de fin d'année toussa, toussa,

Aujourd'hui, je vous parle d'un livre d'un auteur que je n'aimais pas vraiment. J'avais essayé de lire un précédent roman, celui avec les papillons sur la couverture :Le jour où j'ai appris à vivre.

Cela date de quelques années, du coup, je ne me rappelle pas vraiment combien de pages j'ai lu, mais pas beaucoup et pas jusqu'au bout.

Du coup, j'ai soigneusement évité ses autres ouvrages. Et puis...

Et puis, j'ai vu un article sur une instagrammeuse que j'aime beaucoup qui disait les avoir lu et les avoir aimé. Que ces romans lui avait beaucoup apporté.

Du coup, e me suis dit que si elle avait aimé c'est qu'il devait bien y avoir un intérêt. Je me suis lancée et j'ai repris ma découverte de cet auteur avec son dernier né.

(Au vu de ma note, je vais sûrement tenter de lire ce roman. Parfois, un livre qui ne passe pas à un moment donné, passera plus tard!)

Le Pitch ? Alice, qui travaille dans une agence de communication décide d'aider son ami d'enfance, Jérémie à rempli son église.

Pour ce faire, cette athée, décide d'utiliser son expérience professionnelle. Pour apporter de nouveaux fidèles à cette église, il faut moderniser un peu les sermons.

Elle va également mettre à profit ce qu'elle a appris à différents séminaires de développement personnels qu'elle suit avec un célèbre coach, Toby Collins.

Mon Avis ? Alors étonnamment, j'ai adoré. Je vous averti déjà, cela parle énormément de religion. Essentiellement catholique puisque le personnage pratique dans une église.

Mais cela ne m'a pas gênée, au contrait j'ai trouvé ça assez intéressant. Moi qui ne suis pas pratiquante et qui n'aime que modérément la façon dont les catholiques vendent leur Dieu. 

Pour moi, il y a quelque chose au-dessus de nous. Mais cela ne correspond pas à ce que l'on nous dit et nous fait croire pour nous endormir et faire de nous ce que l'on veut.

Ce que j'ai aimé, c'est qu'Alice expérimente certaines paraboles de la Bible et nous explique finalement ce que cela veut dire. Et le traduit en précepte de développement personnel.

Elle compare aussi avec d'autres religions et finalement on se rend compte qu'elles vont toutes dans le même sens, dans le même sens également que des méthodes de développement personnel (Ho'oponopono (merci Google pour l'orthographe), Le Secret, Les 4 Accords Toltèques etc.) ,. Elle compare la prière à la méditation et cela nous fait comprendre au final, que le Dieu est en nous, que le trésor est en nous et pas à l'extérieur.

On y trouve des exemples et des conseils pour des situations qu'on vit tous les jours, comme le regard des autres sur nous. Au final, pour de vrai, ce que pensent les autres de nous, ne change pas qui nous sommes.

Le fait que quelqu'un trouve des qualités à une autre personne ne nous rend pas plus nulle, plus mauvais ou plus bête. Le fait qu'une personne soit complimentée face à nous ne veut pas dire que nous on a pas de qualité.)

Elle nous montre également que certaines phrases ont été écrites dans la Bible à la manière finalement de l'auteur voir traduite autrement pour aller dans le sens qui arrangeaient l'Eglise.

On voit également que le changement n'est pas toujours facilement accepté par les autres et qu'il faut affronter des réfractaires, des traditionnalistes.

Ce qu'il faut en tirer ? Tout est en nous. Et quel que soit le chemin que l'on prend, l'aide qu'on choisit d'accepter, la méthode qu'on emploie : Le trésor est en soi.

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article